Espace
patients

  • Accueil
  • Espace Patients
  • Diarrhée chez les nourrissons et les petits enfants : comment éviter la déshydratation

Les actualités

Diarrhée chez les nourrissons et les petits enfants : comment éviter la déshydratation

La diarrhée aigüe est une pathologie fréquente, source de nombreuses consultations et hospitalisations. Elle est définie comme une modification brutale du transit, avec des selles molles ou liquides émises plus de 3 fois par 24h. Les vomissements, la fièvre et les douleurs abdominales accompagnent souvent la diarrhée dans le tableau dit de « gastro-entérite ». L’origine est le plus souvent virale, avec le Rotavirus au premier plan chez le nourrisson et le jeune enfant. Chez les nourrissons et les jeunes enfants, elle peut conduire à une déshydratation, qui en constitue le principal danger.

Que faire si votre enfant a la diarrhée ?
 
  • Soluté de réhydratation oral (SRO):
C’est le traitement principal que prescrira votre médecin généraliste. Le sachet est à reconstituer dans 200 ml d’eau et à proposer à l’enfant à volonté́, plusieurs fois par heure selon sa soif. En cas de vomissements, il est préférable donner la solution bien fraiche et en petites gorgées. Les SRO bien utilisée sont capables de traiter une déshydratation même sévère et de corriger les troubles électrolytiques. Ils sont disponibles en pharmacie et remboursés par l’Assurance maladie sur prescription jusqu’aux cinq ans de l’enfant. Le grand enfant est moins à risque de déshydratation et de troubles électrolytiques et, sauf diarrhée majeure, l’augmentation simple des boissons peut suffire.
  • Alimentation :
Aucun régime n’a fait la preuve d’une efficacité́ sur l’évolution de la diarrhée de l’enfant. Proposez à votre enfant de manger régulièrement, des aliments qu’il apprécie particulièrement en limitant les aliments trop gras et trop riches en fibres. Si vous allaitez, l’allaitement maternel est poursuivi sans interruption. En cas d’allaitement artificiel, l’alimentation doit être reprise si elle a été́ suspendue, quel que soit l’âge, au bout de 4-6 heures, avec le lait habituel en cas de diarrhées banales. Si les diarrhées sont sévères ou prolongées (>7j), une préparation sans lactose peut être utile. Les sodas ne contiennent pas les bonnes quantités d’eau, de sels minéraux  et de sucres, ils doivent être évités chez le nourrisson et l’enfant.
  • Surveiller votre enfant jusqu’à la fin de la diarrhée :
Prenez sa température, comptez le nombre de selles, de vomissements et de biberons bus, soyez attentif à son comportement.  Et en prévention, n’oubliez pas de vous laver soigneusement les mains avant et après vous être occupé de votre enfant.

Dans quel cas devez-vous consulter  votre médecin ?

De façon non spécifique, surtout chez le nourrisson, une infection extradigestive peut être accompagnée de diarrhée et vomissements : otite, méningite, infection urinaire. Un examen clinique complet doit donc être réalisé. De plus le risque de déshydratation est majeur chez les enfants de moins de 6 mois et une hospitalisation est parfois nécessaire. Les enfants ayant des pathologies chroniques à risque de déséquilibre (déficit immunitaires, immunodépression, cancer, dénutrition, maladies inflammatoires de l’intestin…) sont également plus à risque de diarrhées sévères et doivent consulter un médecin. En dehors de ces cas, d’autres motifs rendent une consultation nécessaire : si votre enfant vomit, si le nombre de selles ne diminue pas, s’il refuse de boire et de manger, s’il a une température supérieure à 38,5°C, s’il est très fatigué ou qu’il a les yeux cernés, creusés, si vous observez du sang dans les selles…

D’autres traitements sont-ils recommandés ?

Les recommandations actuelles ne conseillent pas l’utilisation d’anti-émétiques, ni d’antiseptiques intestinaux. Les médicaments anti-diarrhéiques sont à considérer comme des adjuvants aux conseils de surveillance et aux SRO. Ils peuvent réduire la durée de la diarrhée, le débit de selles (racécadotril), ou le nombre de selles (smectite). Les antibiotiques, ne sont pas un traitement de la gastroentérite aiguë dont ils ne changent en général pas l’évolution. Ils sont réservés au traitement des certaines bactéries pathogènes identifiées, seulement en cas de terrain fragile ou de tableau sévère.

Quoi qu’il en soit, le traitement majeur reste la réhydratation, la nutrition et la surveillance de l’évolution.


Information réalisée à partir des recommandations d’experts Groupe Francophone d’Hépatologie-Gastroentérologie et Nutrition Pédiatrique (09/2017), et des recommandations de l’INVS (2008). Le dépliant de l’INVS est disponible sur : https://www.santepubliquefrance.fr/docs/diarrhee-du-jeune-enfant-eviter-la-deshydratation